Raphaël Pidoux, Gioffredo Cappa Saluzzo, 1680

Tout est dit chez Popper, son message est clair et puissant. Il ne nous reste plus qu'à être à la hauteur de sa pensée, de sa générosité et de rester humble face à ses indications qui ne méritent nullement d'être "révisées", tant elles n'ont pas vieilli, même si la tentation (commerciale) est forte de proposer de nouvelles éditions!

 

1/ Contraignante par son coup d'archet inverse (constituant une évolution par rapport à Duport privilégiant encore à cette époque le naturel des temps forts en tirant), celui-ci permet à terme un élan de virtuosité qui va développer une forme d'indépendance aux deux mains et un arrachement à cette fameuse règle du temps fort tiré.

La main gauche doit profiter de cette légèreté de l'archet (le fameux tension/relâche) pour se concentrer sur les déplacements où le moule de la main doit être travaillé en doubles cordes, une gestion minutieuse de travail du démanché par demi-ton est également très utile.

 

40/La pureté des harmoniques oblige l'archet à être intelligent et précis; une bonne harmonique sonore s'obtient en combinant presque toujours une attaque courte, un relâché et un élan rapide de l'archet sur les valeurs longues. L'art du rubato est ici représenté puisqu'il est pratiquement impossible de garder le tempo sur les passages virtuoses qui doivent rester articulés. On peut noter que bien souvent la note harmonique utilise la bonne tension de l'appui main gauche puisque la main est en contact avec la corde mais pas avec la touche.