Ophélie Gaillard, Francesco Goffriller d'Udine, 1747

 

RECETTE Etude 34

Ingrédients

-une bonne dose de gammes en tierces et en sixtes dans cette tonalité pastorale et chantante de fa majeur.

-un liant, de type crème fraiche d’Isigny pour un legato onctueux (qu’on peut facilement mettre à l’épreuve en jouant simultanément tout le texte normal avec la main gauche, et la corde à vide d’à côté avec l’archet)

-dans les doubles cordes, veiller aux proportions 2/3 de basse et 1/3 de soprano.

-une grande poignée de nuances et une brassée de vibratos contrastés pour varier le discours

Préparez et servez:

A droite, travailler le legato jusqu’à obtention d’une texture onctueuse et homogène, les crins bien à plat.

A gauche, travailler avec la pulpe des doigts et une main ferme et souple à la fois.

Dessiner le concours mélodique des phrases en chantant, écouter le chant polyphonique d’un chœur de cors des alpes par exemple, ou d’un lied de Schubert, ajoutez un soupçon de rubato, c’est prêt.

RECETTE Etude 3

Ingrédients :

-une boussole pour ne pas se perdre dans la forêt de bémols

-une palette de nuances très large.

-des démanchés articulés et non glissés, pour garder de l’élégance dans le discours malgré la tonalité sombre de Si bémol mineur.

-un vibrato d’accompagnement, chaud mais pas trop rapide.

-un vibrato très rapide et serré pour les accents, qui sont à réaliser surtout avec la main gauche.

-un legato d’archet très soigné, et un enregistreur pour traquer les trous de son.

Préparez et servez :

Avec son imagination, inventer une petite dramaturgie de l’étude comme en sous-texte, ajouter une pincée de rubato à l’intérieur des doubles sans pour autant toucher au tactus, et incarner avec du sentiment ce texte magnifique.